Tomber les murs : l’hôpital de demain pour réussir le projet de loi « ma santé 2022 »

Health care meeting ECSP,

première édition sur  l’hôpital de demain

Le 11 avril 2019, l’ESCP Europe alumni proposait une journée sur comment transformer notre système de santé, afin de chercher les clefs de réussite du Projet de loi « ma santé 2022 « . (retour en vidéo)

Cette avec beaucoup de joie que j’ai animé un atelier de design thinking et participé à un débat sur l’expérience patient, au cœur de cette belle journée journée d’échange, de réflexion et de partage d’expériences.

Pour commencer la journée, le docteur Pascal Maurel a modéré la première table ronde en la centrant sur la coopération, le décloisonnement et l’innovation.

  • la coopération comme un moyen de faire évoluer positivement la santé, qui porte une vision sociale et politique, dans un monde bâti de frontières, de murs, d’oppositions tranchées.
  • l’implication avec ordre et méthode de toutes les parties prenantes dans la transformation de notre système de santé,
  • la transversalité pour moins d’inégalités, comme en a témoigné le directeur adjoint de la région Ile de France, Cédric Arcos. Ce n’est pas un hasard si sa mission couvre les politiques sportives, de santé et de solidarité, des sujets à la fois transverses et interdépendants.

La région : le terrain de l’avenir

Pour comprendre les enjeux et pistes de transformation de l’hôpital de demain, il nous faut partir de son territoire, et plus précisément de sa région.

En effet, la région n’est pas chargée de la proximité, mais de l’investissement et du schéma stratégique autour du futur : comment veut-on décliner notre santé dans 20 ans ? Comment répondre aux inégalités ?

Pour exemple, on constate 7 Ans d’écart d’espérance de vie au sein de notre région capitale, répertoriée comme premier désert médical en France au même titre que la région centre, avec des zones rurales et populaires  socialement défavorisées.

Dès lors, pour réduire ces écarts et pallier les dysfonctionnements, il convient de développer la santé avec les moyens du bord, des moyens que nous avons pu comprendre comme contradictoires.

Avant de casser les murs, casser les lits ?

Les malades chroniques représentent 35% de la population, et 60 % des dépenses de l’assurance maladie. Le bon sens et la bienveillance invitent donc à stimuler la prévention. Pas si simple hélas… Car mettre en place des infirmières de parcours pour assurer la prévention génère des déficits budgétaires pour les hôpitaux. Ceux-ci  se trouvent de facto mi-figue mi-raisin pour développer ces actions préventives, à la fois bonnes pour la santé des patients, et mauvaises pour la santé financière de l’hôpital,  avec des tarifications à l’acte parfois pernicieuses.

Forte de ce constat, la loi a prévu à partir du  1er juillet 2019 la mise en place de deux forfaits : un forfait diabète et un forfait maladie rénale chronique 4 et 5. Ces forfaits visent à rendre les équipes hospitalières « inventives », nous dit une responsable de Vivalto… Inventives et restrictives, car pourquoi prévoir et payer un lit, une femme de ménage, des repas pour des patients qui n’en ont pas forcément besoin, ajoute–t-elle ? Casser les murs de l’hôpital commencera donc peut-être par casser des chambres et des lits…

Pour autant, la tarification à l’acte, malgré ses limites, n’est pas forcément  à remettre en cause en intégralité : elle convient à certains actes, moins à d’autres; elle a apporté des bénéfices, elle a sorti l’hôpital public de sa torpeur, a-t-on entendu. On ne retournera donc pas au budget global, on avancera vers des ajustements progressifs.

Cette progressivité est ressortie pour un autre sujet de débat, celui des  GHT, où on a pu voir que le facteur temps joue : tout ne se fait pas facilement en 6 mois, ni même en un an.

J’ajouterais que s’il faut 9 mois à une femme pour accoucher d’un enfant, 9 femmes ne pourront jamais accoucher d’un enfant en 1 mois. C’est pourquoi démultiplier les moyens plutôt que d’abord les penser, coordonner et accompagner ajoute parfois du désordre, et à partir d’un certain point ne raccourcit plus les délais.

Ce qui compte c’est donc la vision, la coopération, avec notamment l’humain remis au cœur de nos technologies déjà connectées.

Des murs déjà tombés depuis longtemps au niveau technologique

Dans une journée qui nous invitait à casser les murs, il était bon de rappeler dans quel environnement nous vivons désormais

  • On a un système d’information de santé de plus en plus ouvert, un dossier patient en plein développement,
  • Tous les dispositifs médicaux sont ou seront connectés,
  • Les bâtiments sont déjà connectés,
  • L’innovation porte le séquençage, le tracking médical, le patient connecté.

Deux exemples ont illustré ces innovations portées par le numérique :

En premier lieu, le CHU de Nantes a développé avec Siemens un projet d’hypervision, plate forme qui va agréger un ensemble de données, c’est-à-dire des data hétérogènes provenant de l’activité bâtiment et hospitalière.  Une hypervision, ça ne sert pas juste à gérer des données mais des cas d’usage, avec pour cet hôpital trois objectifs : la maîtrise de l’énergie, la sécurité, et le pilotage de l’environnement du patient (avec non plus un patient qui doit s’adapter mais l’inverse).

Une telle digitalisation dans un service hospitalier, ce n’est pas un coup de baguette magique : il a fallu 14 mois de dialogue participatif avec tous les acteurs pour définir et préciser tous les cas d’usage. L’avantage de ce temps coopératif, c’est d’avoir fédéré des équipes avant même la mise en place d’une transformation.

UN CENTRE INTELLIGENT ET CONNECTÉ : Le nouveau bâtiment du pôle de médecine physique et de réadaptation sera équipé d’une technique informatique profondément innovante de gestion globale : «l’hypervision», néologisme exprimant l’idée d’aller au-delà de la «supervision». Ce système permettra aux services techniques et de sécurité/sûreté de piloter et contrôler les diverses infrastructures du bâtiment à distance (contrôle d’accès, électricité, chauffage, climatisation etc.).

Les médecins et les soignants seront ainsi en mesure de gérer les équipements des locaux. Surtout, les patients auront la possibilité de contrôler de leur lit ou de leur fauteuil l’environnement de leur chambre, des volets roulants à l’éclairage. Toutes ces actions seront réalisées à l’aide de tablettes fixes et mobiles dont l’utilisation, adaptée aux personnes atteintes de handicap, permettra aussi une libre circulation dans le nouveau bâtiment à travers l’ouverture des portes et l’appel des ascenseurs.

Le patient disposera également en autonomie de nombreux services : diffusion de la télévision, de la radio, accès à Internet, flux d’actualités, jeux, livres audio, livres numériques… Cette solution a vocation à être déployée par la suite dans le futur Hôpital sur l’Île de Nantes ainsi que dans les autres sites du CHU. Elle participera ainsi, en lien avec « l’hôpital numérique » à la performance de la structure hospitalière, à l’amélioration du confort et de la sécurité des personnes et des biens.

Un autre exemple donné fut celui de la supply chain en hôpital. La supply chain, ce n’est pas une nouvelle maladie, nous a dit avec humour une intervenante ! C’est le fait d’apporter tous les flux de services jusqu’au patient. Or le plus difficile, c’est de casser les murs mentaux, et notamment de mutualiser les approvisionnements.

Heureusement, le métier de pharmacien est un métier en pleine mutation, particulièrement précieux et incontournable dans la transformation du système de santé. Les nouveaux pharmaciens en seront pleinement acteurs :  ils  veulent faire de l’éducation à la santé, et plus seulement gérer des cartons dans des caisses. Ils sont favorables au transfert progressif de l’achat des médicaments, à la traçabilité assurée par des systèmes informatiques, à la préparation des piluliers automatisée.

Au final, le docteur Maurel a pu rappeler à quel point

le tout est supérieur à la somme des parties,

une somme dont nous avons pu prendre la mesure lors de la table ronde sur le patient.

En voici quelques flash :

  • l’importance du dossier médical partagé, avec hélas encore trop peu de gens qui l’ont téléchargé et s’en servent, à en croire le sondage à main levé dans la salle,
  • le soutien de la télémédecine, dont le docteur Simon nous a reparlé avec tout son talent et expérience
  • l’exemple danois, très axé sur le travail d’équipe des soignants entre eux et avec les patients, la formation des soignants à la communication, les soins au-delà des médicaments (l’intervenante, mère de 5 enfants, n’en a jamais eu aucun chez elle),
  •  mon exemple de présidente de « Connexions familiales, section francophone de la NEABPD« , association de psychoéducation des proches de malades borderline.
    • Dans nos modules hebdomadaires pour les proches aidants, des psychiatres viennent également apprendre du vécu de la maladie, et disent vouloir progresser par une meilleure connaissance des familles.
    • Grâce à mon article qui circule tous les jours pour des publics concernés, nous avons pu être contactés par un hôpital de Lyon souhaitant que nous formions ses soignants et les familles avec qui il travaille très en lien.
  •  l’importance des proches aidants dans toute maladie, mais aussi pour accompagner les personnes âgées et en fin de vie, les troubles psychiques, et comprendre la vie comme un équilibre à sans cesse trouver ensemble, cet équilibre qui est un chantier de vie et non un état.

L’art pour transformer l’environnement

L’après-midi art thinking nous a fait traverser et contourner les murs, et l’expérience de la peinture de Velasquez a pu guider ces quelques questions dans nos ateliers de co-création

  • La créativité naît de la contrainte, dit Michel Ange. Quel est le contexte et/ou les contraintes de mon environnement ?
  • Dans cet environnement, il y a notre plus proche concurrent, à regarder de plus près. Quel est mon cupidon qui va me permettre d’innover ?
  • Comment faire de mon client mon partenaire pour approfondir l’expérience patient ?
  • Comment faire de mon plus proche concurrent mon allié, car il est mon meilleur vecteur d’innovation ?
  • Comment être audacieux sans être téméraire ?
  • Comment ouvrir un nouveau regard (curiosité, lâcher prise) sur notre écosystème, pour qu’il devienne un terrain d’inspiration ?
  • Quelle transformation pour pérenniser notre environnement et le rendre durable ?
  • Que doit-on déconstruire pour mieux rebâtir ?
  • Quelle rupture / disruption j’ai besoin pour être dans la continuité ?
  • Comment transformer l’incertitude en opportunité ?

Au final, pour oser casser les murs, il nous reste à

« apprendre les règles comme un professionnel,
afin de les briser comme un artiste » Picasso.

A votre disposition pour vous y accompagner,
Muriel Rosset

Pour poursuivre la réflexion, vous trouverez ci-dessous mes précédents articles sur l’expérience patient

Résultats 2018 du Baromètre de « l’Expérience Patient » : quels enseignements de l’IFEP ? Synthèse par Muriel ROSSET

« Faites confiance aux patients ! » Quelle nouveauté pour quelle transformation en France ? ExpériencePatient.fr lance son 1er baromètre

Le « E-patient » peut-il « prendre le volant » de sa propre E-santé ?

Une 1ère en France en psychoéducation familiale des TPL (Troubles de la Personnalité Limite) : Connexions Familiales©

Hôpital libéré ou personnels et soins libérés ?

 

Un Commentaire

  1. Retour PingComment prendre en charge “le Trouble de la Personnalité Limite” (TPL) des malades borderline ? Muriel ROSSET nous explique | ManagerSante.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.